Tes lointains

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

A mon père

 

« Du fond bleu de tes yeux faïence
Semblaient sourdement résonner
Les failles de ton enfance.

Derrière tes prunelles firmament
Comme une fêlure
Laissait s’échapper
Ce triste scintillement.

Par moments trop atteint
Ton regard cristallin
S’amarrait au loin
Mirant ce passé jamais éteint.

Sans fin je te sondais
Cherchant à saisir enfin
Ce que je pressentais de tes lointains. »

Claire Poiroux

 

Publicités